L’autosuffisance alimentaire pour la famille Congo au Burkina Faso

  • Description
  • Commentaires
Suisse, Le Bouveret

OBJECTIF


Garantir l’autosuffisance alimentaire des CONGO, une famille agricole burkinabè, en aménageant l’une de leurs parcelles en champ familial bocager (CFB). 


Un CFB permet de pratiquer l’agro-écologie. C’est une agriculture vivrière, familiale et durable, qui prend soin du sol, de la plante, de l’animal et des ressources en eau, mais aussi de l’agriculteur.


Vous pouvez changer radicalement la vie de cette famille !


Sita Congo, 35 ans, père de cinq enfants, vit à Passintinga, au Burkina Faso. Depuis le décès de son père, il s’occupe également de sa maman ainsi que de ses petits frères et sœurs. Il cultive essentiellement du maïs, du sorgho et de l’arachide pour nourrir la famille, et destine une partie des récoltes à la vente. Certaines années, il ne parvient pas à récupérer la somme investie dans la production et perd ainsi de l’argent.


Dans la région où il habite, la pauvreté touche fortement les agriculteurs. Par manque de connaissances techniques et d’équipements agricoles, mais aussi à cause de sols dégradés non fertiles ou du manque de pluie, beaucoup peinent, comme lui, à nourrir leur famille. Des pratiques non respectueuses de l’environnement accélèrent la dégradation et l’érosion des sols, et conduisent à une baisse des rendements.


Les impacts positifs de l’agro-écologie :



  • Augmentation des rendements agricoles : la sécurité alimentaire de la famille est assurée.

  • Augmentation des revenus : les espèces cultivées sont choisies pour apporter un revenu complémentaire, en nature ou en argent.

  • Amélioration des conditions socio-économiques : en utilisant des techniques agricoles limitant le recours aux intrants extérieurs, le revenu financier est disponible pour d’autres dépenses telles que l’éducation ou la santé.


Utilisation des fonds pour l’aménagement du CFB :


Une parcelle agricole standard est convertie en CFB. Elle est aménagée de manière à favoriser la restauration des sols, à augmenter leurs rendements et à préserver la biodiversité : tranchées, mare de récupération de l’eau, petites digues en terre, haies vives. La famille agricole est formée, suivie et conseillée pour la mise en œuvre de pratiques agricoles durables :



  • Rotation des cultures pour respecter des temps de jachère et ainsi permettre aux sols de se régénérer.

  • Compostage des débris végétaux et des excréments des animaux dans une fosse fumière pour obtenir du fertilisant gratuit et efficace.

  • Pratique du zaï amélioré pour favoriser la restauration des terres soumises à la sécheresse.

  • Paillage des cultures pour réduire l’érosion et limiter l’évaporation.

  • Pratique de l’agro-foresterie pour favoriser la restauration des sols.

  • Utilisation de traitements naturels pour lutter contre les ravageurs.


Partenaire principal :


L’association Terre Verte, qui développe depuis 15 ans le concept de périmètre bocager sahélien au Burkina Faso, est partenaire de Morija au niveau de la formation des ressources humaines du projet.


Zewo


Morija bénéficie de la certification ZEWO depuis 2005 :

. Éthique de travail élevée

. Transparence et bon usage des dons


En vous associant à ce projet, vous permettez à une famille agricole

d’augmenter sa capacité d’adaptation

aux situations difficiles auxquelles elle fait face.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN !

Télécharger la fiche projet


This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Mettez à jour aujourd'hui !