Batteuses mécaniques pour le Burkina Faso

  • Description

But : Création d’un revenu pour les ouvriers interculturels et soulagement pour les agriculteurs burkinabés


Gagnant-gagnant !


D’habitude, les céréales au Burkina Faso sont battues à la main – un travail énorme, fastidieux et pénible. Avec une batteuse mécanique ce travail peut être grandement facilité.

Plusieurs personnes peuvent profiter d’une seule machine: Le propriétaire de la machine (en principe une machine suffit pour un village) peut, en louant la machine, tirer suffisamment de profit pour subvenir à ses propres besoins et les agriculteurs quant à eux peuvent exécuter leur travail avec plus d’efficacité et beaucoup moins de pénibilité : Pour le propriétaire et les paysans c’est gagnant-gagnant !


Le battage manuel, un travail dur et inefficace!


Depuis près d’une quinzaine d’années, l’Eglise Evangélique EE/SIM envoie des collaborateurs transculturels à l’intérieur du pays en milieu rural.  Là-bas ils apportent leurs savoir-faire professionnel dans les domaines de la menuiserie, de la couture-confection ou de la mécanique-moto tout en dispensant de manière naturelle la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Etant étrangers dans leur lieu d’envoi, ils doivent, pour subvenir à leurs besoins, se positionner professionnellement dans un environnement concurrencé, ce qui n’est pas facile du tout. Les batteuses mécaniques sont encore très rares au Burkina Faso et seraient une aide bienvenue dans de nombreux villages. Le battage à la main exige beaucoup d’heures de travail ce qui pèse lourdement sur les finances des paysans. De plus une partie de la récolte se perd avec la méthode traditionnelle.


Une batteuse fabriquée localement permet de faire le travail beaucoup plus facilement et augmente de 10% la quantité de céréale obtenue. Justement ces 10% sont utilisés pour payer le propriétaire de la machine. Ainsi le paysan ne perd rien de sa récolte et cela lui épargne un travail long et pénible.


Objectif général


Quatre familles/couples envoyés comme collaborateurs transculturel s’installent dans quatre villages. Avec leurs batteuses pour céréale ils génèrent suffisamment de revenu pour subvenir à leurs besoins de base. Les paysans dans ces villages sont soulagés lors de la récolte d’un travail laborieux.


Résultats


Quatre familles envoyées dans un milieu transculturel sont équipées d’une batteuse. Durant quatre années elles remboursent 50% de la valeur de la machine et participent ainsi à l’acquisition d’autres machines.


SAM global      Lien: www.sam-global.org/cefm


This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Mettez à jour aujourd'hui !